Panama : the rain is coming…

Nouveau pays, nouvelle frontière! Quitter le Costa Rica n’est pas chose aisée: payer sa taxe de sortie à la pharmacie du coin, faire la queue 1h30 sous un soleil de plomb, se rendre compte au guichet que la pharmacie a mal inscrit le numéro de passeport d’Hélène, et recommencer… Ca y est, nous voilà au Panama!

Encore quelques papiers, et on file direct vers Bocas del Toro, petites îles au large de la côte Caraïbes. Les plantations bordent la route, les cargos se remplissent des récoltes: avant le tourisme, c’est la banane qui est le moteur économique de la région.

sur la rive à Almirante

pirogue

sur la rive à Almirante -

lancha

Bastimentos

On arrive enfin sur la petite île de Bastimentos, et là c’est le doute: peut-on espérer trouver un endroit où dormir en plein weekend de semana santa? Eh bien non… On se prépare à l’idée de retourner sur l’île principale, jusqu’à ce qu’on déniche une chambre avec pour seul défaut de ne pas avoir d’eau. On verra plus tard pour la douche et les toilettes: on prend!

cabanes à Bastimentos

jolie perruche

pecheur à Bastimentos

Ne vous inquiétez pas pour notre hygiène, nous avons le droit aux premières pluies du Panama! On fait le plein de jerricanes et le tour est joué 🙂 On a quand même suffisamment d’éclaircies pour se balader dans le village, et s’étonner de la langue parlée ici, le guari-guari (un genre de créole).

port de Bastimentos

cabane de pecheur

enfants à Bastimentos-

cabane sur l'eau

route principale -

vue de Bastimentos

en mode bigoudi

enfants à Bastimentos

Avant de retourner sur la terre ferme, on s’arrête sur l’île principale, à Bocas Town. Nous y aurions bien passé quelques jours, mais il pleut des cordes! Qu’à cela ne tienne: double ration de poulet – riz coco, un verre d’Abuelo (le rhum local) pour digérer et on repart dès le lendemain!

la mer des Caraïbes

Bocas town

mini église à Bocas town

playa isla Colon

On fait escale pour la nuit à David, deuxième ville du pays. Nous ne nous en rendons pas vraiment compte en se promenant, car il n’y a personne! On est dimanche, et on dirait que chacun s’est terré chez soi, à attendre que lundi arrive… un dimanche français en somme.

La ville est sans grand intérêt, mais c’est l’occasion de tester le fresco: des vendeurs ambulants proposent des copeaux de glace abondamment recouverts de sirop, parfum au choix. On en avait déjà vu au Nicaragua et au Guatemala, mais l’eau est potable ici, c’est  quand même plus prudent!

la glace locale
Menthe pour JB, ananas pour Hélène

rue à David

Encore quelques heures de route et nous voilà dans les montagnes, à Santa Fe. Le calme règne dans ce charmant village de campagne, et le lieu est propice à la randonnée… en espérant qu’il ne pleuve pas trop! 2 heures que nous sommes arrivés, et déjà les premières gouttes tombent. On est à mi-chemin entre la saison sèche et la saison des pluies, et la météo est chaque jour incertaine.

sport à Santa Fa
Au programme de l’EPS: baseball!

Les ponchos dans le sac, on part à l’attaque du Cerro Tute. Il fait beau, mais on se dit que ça ne devrait pas durer, et on en oublie de prendre la crème solaire. Erreur fatale! Bien que quelques nuages nous accompagnent, on grimpe sous un soleil de plomb… et on prend le premier coup de soleil du voyage, c’est malin!

Le Cerro Tute

terre rouge

paysage de Santa Fe

vue du Cerro Tute -

Après trois heures de marche et une bonne suée, le paysage qui s’offre à nos yeux nous fait oublier nos efforts. On immortalise le moment, on pique-nique, on profite de cette vue magnifique avant de redescendre!

cerro tute

JB sur le cerro tute

vue avant le cerro tute

Helene sur le cerro Tute.JPG

sur la descente
Cette montagne que tu vois? On en est venu à bout les gars!

pont suspendu

homme à la Pintada
Non, le chapeau local n’est pas le panama!

La pluie ne viendra que bien plus tard dans la journée, nous avions déjà eu le temps de sortir la biafine. On repart le lendemain avec les ponchos ET la crème solaire, pour rejoindre les trois cascades d’Alto el Piedra.

Les montagnes de Santa Fe

Cabane

Bon, le chemin n’est vraiment pas évident à trouver, un serpent nous barre la route, mais il en faut plus pour nous arrêter. A nous les cascades!

parc Alto de Piedra

cascade 2

serpent à nos pieds -

cascade 1

cascade 3

On se fait prendre en stop pour le retour, et du coup il nous reste quelques heures avant notre pluie quotidienne. Juste ce qu’il faut pour aller détendre nos mollets dans la rivière en contrebas du village.

Elle est pas belle la vie?

balade vers la rivière.JPG

baignade dans la rivière

pont suspendu (2)

Rio Santa Maria

9 comments on “Panama : the rain is coming…

    • On est de retour à la ville, plus de risque de serpent, mais pas de copains avec qui aller en boite de night :/ on pense à vous les gros, vous nous manquez aussi, surtout Avec le mariage approchant !! 😻

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s